Sélectionner une page

Que ce soit un collègue qui manque de savoir-vivre ou de professionnalisme…

Que ce soit un être avec des comportements harcelants ou un tempérament paranoïaque…

Que ce soit une personne manipulatrice ou narcissique…

Nous aurons, au cours de notre parcours professionnel, souvent besoin de nous protéger contre les comportements de collègues toxiques. Le problème c’est qu’en plus de nous choquer, de souvent nous déranger et de parfois nous décourager, ils provoquent autour d’eux une baisse de l’estime de soi et une augmentation du niveau de stress; un cocktail pouvant même mener dans certains cas au burnout. Les impacts sont tellement néfastes sur les individus et sur l’équipe de travail, que j’ai envie de vous partager aujourd’hui ce qu’une petite recherche, jumelée à mon expérience de gestionnaire, m’a permis d’apprendre au sujet de ces êtres insidieux. Voyons d’abord les indices pour les reconnaître, afin de pouvoir ensuite développer des stratégies pour s’en protéger.

(Note au lecteur : Bien que le genre masculin soit ici utilisé pour généraliser le sujet et uniformiser le contenu, le collègue toxique peut être aussi bien une femme qu’un homme.)

 

D’abord, le voir venir!

On doit d’abord être clair : il peut être très difficile de repérer le collègue toxique puisque des comportements subtils peuvent se cacher derrière ce qui peut paraître tantôt de bonnes actions, tantôt de simples mauvaises habitudes (ce qu’on a tous, personne n’étant parfait). Si bien que lorsqu’on le cerne, il est souvent un peu tard (ou carrément trop tard!), beaucoup de dommages ayant été faits à l’équipe de travail. Les conséquences sur la motivation professionnelle et la santé psychologique de tous sont à ce point importants qu’un collègue toxique peut littéralement transformer votre milieu de travail en véritable enfer.

Voici donc quelques éléments qui pourraient vous aider à reconnaître ce collègue aux comportements nuisibles pour tenter de prévenir les dégâts potentiels. D’abord, sachez que les employés toxiques ne laissent personne indifférent, et ce, négativement ou positivement… Il pourrait même être, en quelque sorte, la vedette de l’équipe! Il sera imprévisible, il critiquera et calculera ses coups.

  • Méfiez-vous du collègue qui anime les passions. La plupart du temps, il saura devenir l’employé dont on ne pourrait pas se passer. Pour ses fins personnelles, il réussira à mettre une partie de l’équipe dans sa poche. Il tisse généralement des liens d’amitié avec ses victimes.
  • Imprévisible, il changera souvent d’humeur de façon inattendue. Il passera de la joie profonde à la totale frustration. S’il vit des réussites professionnelles, il les communiquera à tout le monde pour récolter les compliments ou pour provoquer la jalousie autour de lui. Au contraire, en cas d’échec, s’il n’obtient pas ce qu’il désire ou s’il est contrarié, il s’en prendra à tout le monde autour de lui. Il sera incapable d’admettre totalement ses torts et se placera dans un rôle de victime (problème de santé, surcharge de travail, incompétence de ses supérieurs, etc.).
  • Ses critiques, nombreuses, seront accompagnées de mauvaises blagues, de moqueries et de remarques malveillantes sur ses collègues. Il évitera de parler de lui et trouvera toutes sortes de sujets de conversations.
  • Il sait analyser les relations et il trouvera toujours le moyen de se rapprocher des personnes ayant de l’influence. Pour servir ses intérêts, il n’hésitera pas à répandre des informations incomplètes et déformées de la réalité et pourrait même nuire aux personnes qui se retrouvent sur sa route.
  • Surveillez sa façon de se comporter avec les supérieurs : en leur absence, il les critique, mais devant eux, il leur donne toujours raison. Il n’hésitera pas à dénoncer les difficultés de ses collègues pour démontrer ses propres compétences.

 

Pour être plus forts qu’eux

Cherchant à être valorisé dans son travail, le collègue toxique est d’abord et avant tout une personne en profonde souffrance. Ce constat fait, vous ne gagnerez rien à tenter de l’aider. Il recherche le pouvoir. Il sera prêt à utiliser différents moyens : manipulation, intimidation, humiliation, etc.

Dans tous les cas, vous n’avez pas à tenter de le comprendre, à l’amener à changer ses comportements ou à le guérir. Laissez-le avec ses problèmes (vous avez assez des vôtres!). Comme je me tue à vous le dire dans tous mes articles : agissez sur les choses sur lesquelles vous avez réellement du pouvoir! Votre pouvoir demeure dans vos réactions face à lui.

Souriez. Restez positif. Faites le maximum pour ne pas vous laisser imprégner par son négativisme.

Assurez-vous que votre supérieur soit à même de constater la situation le plus tôt possible. N’attendez pas que le pire arrive pour partager vos inquiétudes face à ce collègue. Cependant, une fois fait, les décisions que prendra votre supérieur ne vous appartiennent pas non plus, vous aurez fait ce que vous aviez à faire. Il faudra donc parfois apprendre à lâcher-prise et à se protéger.

Conservez des traces, preuves écrites, de toutes attaques ou intimidations, ainsi que de vos signalements, s’il y a lieu.

 

Différentes espèces nuisibles

L’insatisfait

C’est déprimant et démotivant de devoir subir ses plaintes et sa frustration inconditionnelle. On a beau tenter de l’éviter, il est toujours là; le rabat-joie de l’équipe. Il est souvent très occupé et travaille en solitaire. Il n’est satisfait que lorsqu’il a réussi à entraîner tout le monde avec lui dans son gouffre de grand négativisme.

Il est important de lui faire comprendre rapidement que vous êtes vraiment désolé pour lui, mais que vous ne pouvez vous permettre d’adopter une telle vision négative. Souriez. En démontrant toujours une attitude positive, c’est lui qui finira par tout faire pour vous éviter!

Le flâneur

Il réussit toujours, sans qu’on sache toujours comment, à se défiler de ses obligations, alors que vous avez, vous, «la broue dans le toupet» (que vous travaillez sans relâche).

Tant que ça ne vous concerne pas, c’est-à-dire que son manque d’ambition n’a pas d’impact sur votre travail, ignorez-le. Par contre, s’il vous ralentit, expliquez-lui directement les conséquences de ses actes et insistez sur votre désir de respecter les délais ou l’horaire de travail prévu. Soyez clair, informez-le que vous n’aurez pas le choix de rendre des comptes à votre patron si la situation perdure puisque la situation nuit à l’efficacité du travail; et faites-le vraiment si nécessaire. Votre supérieur doit savoir que votre collègue semble avoir d’autres priorités que celles prévues.

Le rusé

Il cherche, de façon malicieusement, à déstabiliser ses partenaires professionnels, à fragiliser l’équipe et à intoxiquer le milieu de travail.

Encore une fois, gardez vos distances et ne rentrez pas dans son jeu. Établissez vous-même les limites. Son objectif étant de sentir qu’il a prise sur vous, ne lui laissez pas voir qu’il vous dérange. Donc, souriez-lui, mais suivez votre propre chemin.

Le bavard

Les moments du lunch ou de la pause-café laissent place à des monologues interminables, le cadre de la porte de votre bureau semble trop confortable, le couloir devient trop souvent un lieu de grands discours et vous savez à l’avance que les réunions lui offriront un public inestimable et qu’il prolongera exagérément le temps nécessaire normalement. C’est souvent une personne très gentille… mais qui a clairement besoin de trop peu d’air pour fonctionner : impossible de profiter d’une respiration pour mettre fin la discussion! Bref, une personne qui aime profondément s’écouter parler!

Vous n’avez pas à écouter toutes ses confidences. Faites-lui comprendre poliment que vous avez des choses importantes à faire, comme de travailler! Il n’aura d’autre choix que de se trouver un meilleur public.

Le harceleur

Celui qui abuse de son autorité ou qui s’amuse à jouer au professeur avec les gens qui l’entourent. Avec son attitude hautaine, même intimidante, il souhaite démontrer sa supériorité à différents niveaux. Il sera continuellement sur le dos de sa victime, l’épiera subtilement et le rendra inconfortable.

De façon générale, observez-le en vous tenant à l’écart le plus possible. Cependant, si vous êtes sa cible, il ne faut absolument pas endurer son intimidation et vous devez le désarçonner sans attendre. De quelle façon?  L’indifférence est votre meilleure arme. Ne tombez pas dans son piège en répondant, vous ne ferez que le nourrir. Par contre, cumulez vos preuves afin de protéger vos collègues et d’avoir les outils pour dénoncer la situation, si nécessaire.

La parano

La personne ayant un profil paranoïaque est une personne malade pouvant en faire voir de toutes les couleurs à ses compagnons de travail. Faisant tout ce qu’il faut pour démontrer qu’il a raison, il vous fera même douter de vos convictions ou de votre responsabilité dans la problématique. Devant vos arguments ou vos explications, il s’offusquera.

Vous savez que vous avez raison? Alors, s’il n’est pas d’accord, c’est son problème. Laissez-le croire ce qu’il veut et n’essayez pas de gagner un combat argumentaire. Si nécessaire, informez-le poliment que vous n’adhérez pas à son point de vue et qu’il ne pourra pas vous convaincre.

Le manipulateur

Probablement le pire de tous les collègues toxiques, puisque son comportement touchera aussi la sphère personnelle de ses victimes. Ce pervers narcissique a le pouvoir de faire faire à l’autre ce qu’il veut et, donc, de se soustraire aux tâches qui lui déplaisent, par exemple. Tout en faisant bonne impression dans son entourage, il va manipuler les actions du collègue ciblé jusqu’à avoir une influence inconsciente sur le degré de confiance en soi de celui-ci. Une fois le collègue envoyé au tapis, il passera simplement à une nouvelle victime potentielle.

Surtout, ne gaspillez pas d’énergie à tenter de le maîtriser. Restez plutôt à l’écoute à ce que vous ressentez face à ces remarques. Demandez-lui toujours de reformuler son point de vue ou sa demande afin de le mettre face à ces propres contractions. Ne restez pas seul avec cette personne et intervenez avec lui en public; vous éviterez ainsi que le pervers narcissique réussisse à détruire vos liens avec vos autres collègues en agissant sournoisement.

 

Prévenir les conséquences

Bien que ces trois derniers soient de loin les pires types de collègues toxiques, nous pourrions aussi parler de différents autres collègues : l’envieux maladif, le séducteur, la commère, l’irresponsable, l’hypocrite, le compétiteur, le travailleur obsessionnel, etc. Vous avez compris qu’on pourrait facilement faire différents regroupements et leur attribuer différents qualificatifs!

De façon générale, le collègue toxique passe inaperçu aux yeux des autres partenaires et établira même des liens d’amitié avec ses victimes. Bien qu’il soit généralement une personne sensible, son caractère imprévisible est sans pitié. Une personne aimant prendre le contrôle et le pouvoir. Peu importe qui il est et de quelle façon il s’y prend, il franchit en permanence les limites du respect. Les collègues vivent dans la peur ou l’insécurité, mais surtout dans le mal-être. Vous vous sentez tiré vers le bas.

Il importe que vous réalisiez le plus tôt possible la toxicité de la relation, que vous preniez du recul afin d’éviter d’entrer dans son jeu. L’indifférence est souvent la meilleure arme, mais l’humour et l’ironie pourront quelquefois désactiver leurs attaques. Ne tombez jamais dans les attaques personnelles. Si vous le pouvez, cessez toute relation et/ou réduisez-là à une relation virtuelle (par courriel, si possible) pour éviter les contacts. Finalement, conservez précieusement les preuves écrites des attaques et des signalements.

Votre santé peut être affectée par un milieu professionnel défavorable. En plus d’aimer votre travail, il importe de pouvoir vivre en harmonie avec l’équipe qui nous entoure. Ainsi, n’ayez ni honte ni peur de démissionner si la situation est malsaine et qu’elle a un quelconque impact négatif sur votre propre équilibre. Souvenez-vous que ce n’est pas être lâche que de vouloir protéger son intégrité. Vous démontrerez plutôt votre confiance en vous.

 


 
Pour aller plus loin…

Afin de vous aider à rendre vos journées de travail plus agréables, j’ai structuré un court programme offrant 10 clés pour être  heureux, même avec un emploi imparfait.

Pendant 6 semaines, vous recevrez par courriel, en format PDF,

  • 10 clés pour être heureux au travail
  • des questions et de courts exercices de réflexion pour faciliter votre passage à l’action.

Vous y découvrirez comment rendre vos journées plus agréables en diminuant les insatisfactions.

Cliquez ici dès maintenant pour découvrir : 10 clés pour être heureux, même avec un emploi imparfait!


 

Qu’en pensez-vous? Que vous inspire cet article? J’aimerais vraiment avoir la chance de lire votre opinion sur le sujet.

Avez-vous déjà eu à travailler avec un collègue toxique? Quelle a été votre stratégie pour vous en préserver ou pour régler la situation?

J’ai hâte de vous lire!

 

Cindy Viel

 

Psst! Laisse-moi tes commentaires ci-dessous. Au plaisir de te lire!
Pour m’envoyer un message en privé, clique ici.

 

 

Gonfler votre confiance professionnelle (Ebook gratuit)
10 recommandations simples

Je désire m'inscrire à l'infolettre de Complice de votre Réussite. com.

 

 

Par la même occasion, je recevrai dès aujourd'hui le Ebook gratuit «Gonfler votre confiance professionnelle» en guise de cadeau de bienvenue. 

Merci. Surveillez votre boîte de courriels, votre Ebook arrivera sous peu! * *Si dans quelques minutes vous n'avez rien reçu, après avoir vérifié dans vos courriers indésirables, contactez-nous pour nous faire part de la situation à contact@complicedevotrereussite.com. Merci de votre aide.

%d blogueurs aiment cette page :